Cinquante cinq jours, cinquante cinq dessins qu’aucun fil conducteur ne relie -si ce n’est le repli forcé- ni le thème, ni le format, ni le support, ni la technique pas plus que le temps passé à faire chacun d’entre-eux, certains réalisés en quelques minutes d’autres travaillés un peu plus longuement. Dessiner comme on ferait des gammes…ni plus, ni moins…